In order to give you a better service Airbus uses cookies. By continuing to browse the site you are agreeing to our use of cookies I agree

Search
Newsroom
Airbus reports Half-Year (H1) 2017 results
27 July 2017 Company

Airbus reports Half-Year (H1) 2017 results

(La version française de ce communiqué de presse vous est communiquée uniquement à titre d’information. Seule la version anglaise est officielle)

 

·         Chiffre d’affaires à 29 milliards d’euros ; EBIT ajusté à 1,1 milliard d’euros ; EBIT (reporté) à 1,8 milliard d’euros ; BPA (reporté) de 1,94 euro

·         L’environnement des avions commerciaux est sain et le carnet de commandes robuste soutient les programmes de montée en cadence

·         Le bilan financier du premier semestre reflète l’impact des problèmes de moteur sur le profil de livraisons

·         Confirmation des prévisions 2017

 

Amsterdam, 27 juillet 2017 - Airbus SE (symbole boursier : AIR) a publié ses résultats pour le premier semestre 2017 et confirme ses prévisions pour l’ensemble de l’exercice.

« L’environnement des avions commerciaux est sain et le carnet de commandes robuste continue de soutenir les programmes de montée en cadence de production. Cependant, nous devons actuellement surmonter des difficultés liées à des problèmes de moteur, que nous allons résoudre grâce à une feuille de route clairement définie. Nous confirmons par conséquent nos prévisions pour l’ensemble de l’exercice 2017. Nous atteindrons notre objectif de livraisons d’avions dans la mesure où les motoristes respecteront leurs engagements », a déclaré Tom Enders, Président exécutif (CEO) d’Airbus. « Nos priorités au second semestre consistent clairement à mener à bien nos programmes et à tenir nos objectifs de montée en cadence de production. Pour Helicopters, nous devons avant tout résoudre la situation du H225 et soutenir nos clients, tandis que pour Defence and Space, nous poursuivons nos efforts pour lever les risques sur le programme A400M. A plus long terme, Airbus bénéficiera des importants efforts actuellement consacrés à l’innovation et la mise en place d’une structure plus efficiente et intégrée. »

Les prises de commandes(1) se sont élevées à 37,2 milliards d’euros au cours du premier semestre (S1 2016 : 39,1 milliards d’euros), portant la valeur totale du carnet de commandes(1) à 981 milliards d’euros au 30 juin 2017 (fin 2016 : 1 060 milliards d’euros). Airbus a reçu 203 commandes nettes d’avions commerciaux (S1 2016 : 183 avions), ce qui porte le carnet de commandes à 6 771 avions au 30 juin. Au cours du salon du Bourget au mois de juin, 144 commandes fermes et 202 engagements d’achat ont été annoncés. Airbus Helicopters a reçu 151 commandes nettes (S1 2016 : 127 commandes nettes), dont 30 H225M pour le Koweït. Les prises de commandes de Defence and Space ont été impactées par les changements de périmètre consécutifs à la restructuration du portefeuille, ainsi que par un certain ralentissement sur le segment des satellites de télécommunications. En revanche, Military Aircraft profite d’une bonne dynamique, avec 19 commandes d’avions de transport léger et moyen.

Le chiffre d’affaires est stable à 28,7 milliards d’euros (S1 2016 : 28,8 milliards d’euros) en dépit des changements de périmètre au sein de Defence and Space. Le chiffre d’affaires de Commercial Aircraft a progressé de 3 %, avec la livraison de 306(2) avions (S1 2016 : 298 avions), dont 239 exemplaires de la Famille A320, 30 A350 XWB, 31 A330 et six A380. Helicopters enregistre un chiffre d’affaires en hausse de 9 %, avec la livraison de 190 unités (S1 2016 : 163 unités). Le chiffre d’affaires de Defence and Space traduit un impact négatif d’environ 1,2 milliard d’euros résultant des changements de périmètre.

L’EBIT Ajusté - une mesure alternative de la performance et un indicateur clé reflétant la marge commerciale sous-jacente excluant les charges ou bénéfices significatifs induits par les variations des provisions pour les programmes, la restructuration, les effets de change ou encore les plus-values/pertes issues des cessions et acquisitions d’activités - s’est élevé à 1 099 millions d’euros (S1 2016 : 1 679 millions d’euros).

L’EBIT ajusté de la Division Commercial Aircraft a atteint 954 millions d’euros (S1 2016 : 1 269 millions d’euros), en raison essentiellement d’un mix défavorable et de l’étalement des livraisons, ainsi que des prix de transition.

La montée en cadence de production de l’A350 XWB a bien progressé, avec 30 livraisons réalisées au premier semestre 2017, contre 12 durant la même période l’année dernière. Le programme A350 est en bonne voie pour atteindre son objectif de production de 10 exemplaires par mois d’ici la fin 2018. Le niveau de travaux restants s’est nettement amélioré dans le système industriel et les perturbations résiduelles de la chaîne d’approvisionnement continuent de se résorber. Au deuxième trimestre, Qatar Airways a annulé quatre créneaux de livraison d’A350. L’accent reste porté sur la convergence des coûts récurrents. En ce qui concerne le programme A320neo, 59 exemplaires au total ont été livrés depuis le début de l’année, contre 8 au premier semestre 2016. Des défis demeurent quant à la montée en cadence de production de l’A320neo, et les clients continuent d’enregistrer en service un certain nombre d’aléas liés aux moteurs. Le motoriste Pratt & Whitney a introduit des mesures correctives, qui n’ont toutefois pas encore donné entière satisfaction en conditions normales d’exploitation. L’objectif de livrer environ 200 A320neo en 2017 est toujours valable, quoique plus difficile à tenir compte tenu de ces problèmes de moteur. Au vu de la situation du carnet de commandes de l’A380, les livraisons prévues en 2019 seront ramenées à huit exemplaires.

L’EBIT ajusté d’Helicopters s’établit à 93 millions d’euros (S1 2016 : 144 millions d’euros), reflétant un mix moins favorable des livraisons, une baisse des activités de services due à la diminution des heures de vol d’hélicoptères commerciaux, ainsi que l’impact de l’immobilisation partielle du H225. En juillet, les autorités de l’aviation civile britanniques et norvégiennes ont levé l’interdiction de vol du H225. Cependant, la mise en œuvre des mesures de sécurité renforcée exigera un programme de vérifications, de modifications et d’inspections préventives. Airbus continuera de prêter assistance à ses clients, en fonction des besoins, afin de ramener progressivement la flotte des H225 en service.

L’EBIT ajusté de Defence and Space est en baisse à 248 millions d’euros (S1 2016 : 322 millions d’euros), en raison du changement de périmètre, mais reste globalement stable sur une base comparable.

Huit A400M ont été livrés au cours du semestre, contre cinq durant la même période en 2016. Airbus a poursuivi les activités de développement de l’A400M devant permettre d’appliquer la feuille de route capacitaire révisée en accord avec le client, mais la réalisation des capacités techniques contractuelles et les coûts associés demeurent des défis extrêmement complexes. Il en est de même pour la sécurisation de commandes suffisantes à l’export dans les temps, la réduction des coûts, l’efficience industrielle et le risque commercial. L’ensemble de ces défis pourraient avoir un impact significatif sur le programme. Des discussions sont en cours avec les pays clients et l’OCCAR pour lever les risques sur le programme A400M.

Les dépenses de R&D autofinancées du Groupe ont diminué à 1 288 millions d’euros (S1 2016 : 1 309 millions d’euros).

L’EBIT (reporté) de 1 791 millions d’euros (S1 2016 : 1 851 millions d’euros) inclut des ajustements totalisant +692 millions d’euros nets, contre +172 millions d’euros d’ajustements nets au premier semestre 2016. Ces ajustements au S1 2017 comprennent :

·         Une charge nette de 70 millions d’euros liée au programme A400M, essentiellement due à une hausse des coûts ;

·         Un impact positif de 174 millions d’euros lié à l’écart de comptabilisation des paiements avant livraison en dollars US et aux réévaluations bilancielles ;

·         Une plus-value nette de 560 millions d’euros générée par la cession de Defence Electronics au premier trimestre ;

·         Un impact net positif de 28 millions d’euros lié à d’autres ajustements de portefeuille au sein de Defence and Space.

Le resultat net(3) s’est élevé à 1 503 millions d’euros (S1 2016 : 1 761 millions d’euros) après les ajustements de l’EBIT, et le bénéfice par action s’établit à 1,94 euro (S1 2016 : 2,27 euros). Le BPA et le résultat net tiennent compte d’un impact positif induit essentiellement par la réévaluation d’instruments financiers et d’éléments bilanciels. Le résultat financier est de            66 millions d’euros (S1 2016 : -148 millions d’euros).

Le flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions et financements-clients s’est amélioré pour s’établir à -2 093 millions d’euros (S1 2016 : -2 649 millions d’euros), et ce malgré un profil défavorable de livraisons d’avions et la récente annulation de créneaux de livraison d’A350. Le flux de trésorerie disponible de -1 956 millions d’euros (S1 2016 : -1 119 millions d’euros) comprend le produit de la cession de Defence Electronics au premier trimestre d’environ 600 millions d’euros. La position de trésorerie nette au 30 juin 2017 s’établissait à 7,9 milliards d’euros (fin 2016 : 11,1 milliards d’euros) après le versement du dividende 2016 de 1,0 milliard d’euros au deuxième trimestre, tandis que la position de trésorerie brute s’élevait à 19,3 milliards d’euros (fin 2016 : 21,6 milliards d’euros).

 

Perspectives

Pour établir ses perspectives en 2017, Airbus table sur des taux de croissance de l’économie mondiale et du trafic aérien international conformes aux prévisions indépendantes qui prévalent et sur l’absence de perturbation majeure.

Les prévisions de bénéfice et de flux de trésorerie disponible d’Airbus pour 2017 sont basées à périmètre constant :

·         Airbus prévoit la livraison de plus de 700 avions commerciaux, sous réserve que les motoristes respectent leurs engagements.

·         Avant fusions et acquisitions, Airbus prévoit une amélioration de quelques pourcents de l’EBIT ajusté et du BPA ajusté par rapport à 2016.

·         Avant fusions et acquisitions et financements-clients, Airbus prévoit un flux de trésorerie disponible stable par rapport à 2016.

Le changement de périmètre de Defence and Space devrait réduire l’EBIT ajusté et le flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions et financements-clients d’environ             150 millions d’euros, et le BPA ajusté d’environ 14 centimes.

A propos d’Airbus

Airbus est un leader mondial de l’aéronautique, de l’espace et des services associés. En 2016, le Groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 67 milliards d’euros avec un effectif d’environ 134 000 personnes. Airbus propose la famille d’avions de ligne la plus complète qui soit entre 100 et plus de 600 places. Airbus est également un leader européen dans le domaine des avions de ravitaillement en vol, de combat, de transport et de mission. L’entreprise est le numéro un européen de l’industrie spatiale, et le numéro deux mondial. Dans le domaine des hélicoptères, Airbus propose les solutions civiles et militaires les plus performantes du marché mondial.

Contacts pour les médias :

Matthieu Duvelleroy            +33 (0)6 29 43 15 64          matthieu.duvelleroy@airbus.com

Rod Stone                             +33 (0) 6 3052 1993           rod.stone@airbus.com

 

Point presse : Retransmission en direct sur Internet de la téléconférence avec les analystes

A 08h30 CEST aujourd’hui, vous pouvez écouter la téléconférence sur les Résultats du premier semestre 2017 avec les analystes donnée par Tom Enders, Président exécutif (CEO) d’Airbus, Harald Wilhelm, Directeur financier (CFO), sur le site internet d'Airbus : www.airbus.com. La présentation de la téléconférence avec les analystes peut être consultée sur le site internet de l’entreprise. Une version enregistrée sera mise à disposition prochainement. Pour un rapprochement des indicateurs clés de performance (KPI) d’Airbus avec les normes « IFRS reportées », consultez la présentation de la téléconférence avec les analystes.

 

Airbus - Résultats du premier semestre (S1) 2017

(en euros)

Airbus

S1 2017

S1 2016

Variation

Chiffre d’affaires, en millions

28 709

28 755

0 %

dont activités de défense, en millions

4 563 

4 731

-4 %

EBIT ajusté, en millions

1 099

1 679

-35 %

EBIT (reporté), en millions

1 791

1 851

-3 %

Dépenses de recherche et développement, en millions

1 288

1 309

-2 %

Résultat net(3), en millions

1 503

1 761

-15 %

Bénéfice par action (BPA)

 1,94

2,27

-15 %

Flux de trésorerie disponible, en millions

-1 956

-1 119

-

Flux de trésorerie disponible, avant fusions et acquisitions, en millions

-2 547

-3 236

-

Flux de trésorerie disponible
avant financements-clients
, en millions

-2 093

-2 649

-

Prises de commandes(1), en millions

37 164

39 135

-5 %

       
       

Airbus

30 juin
2017

31 déc.
2016

Variation

Carnet de commandes(1), en millions

980 857

1 060 447

-8 %

dont activités de défense, en millions

38 168 

39 811

-4 %

Position de trésorerie nette, en millions

7 899

11 113

-29 %

Effectif

130 402

133 782

-3 %

 

Par segment d’activité

Chiffre d’affaires

EBIT  (reporté)

(en millions d’euros)

S1
2017

S1
2016

Variation

S1
2017

S1
2016

Variation

Commercial Aircraft

    21 789

21 061

+3 %

1 078

420

+157 %

Helicopters

2 921

2 687

+9 %

93

144

-35 %

Defence and Space

      4 625

5 440

-15 %

816

475

+72 %

Siège social / Éliminations

-626

-433

-

-196

812

-

Total

28 709

28 755

0 %

1 791

1 851

-3 %

             

 

Par segment d’activité

EBIT ajusté

 

(en millions d’euros)

S1
2017

S1

2016

Variation

 

Commercial Aircraft

954

1 269

-25 %

 

Helicopters

93

144

-35 %

 

Defence and Space

248

322

-23 %

 

Siège social / Éliminations

-196

-56

-

 

Total

1 099

1 679

-35 %

 

 

           

Par segment d’activité

Prises de commandes (1)

Carnet de commandes (1)

 

(en millions d’euros)

S1
2017

S1
2016

Variation

30 juin
2017

31 déc.
2016

Variation

 

Commercial Aircraft

30 272

32 302

-6 %

932 291

1 010 200

-8 %

 

Helicopters

3 630

2 338

+55 %

11 996

11 269

+6 %

 

Defence and Space

3 616

5 189

-30 %

38 708

41 499

-7 %

 

Siège social / Éliminations

-354

-694

-

-2 138

-2 521

-

 

Total

37 164

39 135

-5 %

980 857

1 060 447

-8 %

 

                       


 

Airbus - Résultats du deuxième trimestre (T2) 2017

(en euros)

 

Airbus

T2 2017

T2 2016

Variation

Chiffre d’affaires, en millions

15 721

16 572

-5 %

EBIT ajusté, en millions

859

1 181

-27 %

EBIT (reporté), en millions

939

1 489

-37 %

Résultat net (3), en millions

895

1 362

-34 %

Bénéfice par action (BPA)

1,16

1,76

-34 %

 

 

           

Par segment d’activité

Chiffre d’affaires

EBIT (reporté)

(en millions d'euros)

T2
2017

T2
2016

Variation

T2
2017

T2
2016

Variation

Commercial Aircraft

11 964

12 393

-3 %

742

131

+466 %

Helicopters

1 630

1 529

+7 %

95

111

-14 %

Defence and Space

2 511

2 906

-14 %

196

387

-49 %

Siège social / Éliminations

-384

-256

-

-94

860

      -

Total

15 721

16 572

-5 %

939

1 489

-37 %

 

 

Par segment d’activité

EBIT ajusté

(en millions d’euros)

T2
2017

T2
2016

Variation

Commercial Aircraft

673

863

-22 %

Helicopters

95

111

-14 %

Defence and Space

185

215

-14 %

Siège social / Éliminations

-94

-8

-

Total

859

1 181

-27 %

 

 

Le chiffre d’affaires du T2 2017 a diminué de 5 %, en raison du profil de livraisons de Commercial Aircraft et des changements de périmètre au sein de Defence and Space.

L’EBIT ajusté du T2 2017 a diminué de 27 %, en particulier au sein de Commercial Aircraft, en raison d’un mix défavorable et de l’étalement des livraisons, ainsi que des prix de transition et des coûts de montée en cadence de production, en partie atténués par une baisse des dépenses de R&D.

L’EBIT (reporté) du T2 2017 a diminué à 939 millions d’euros. Il reflète essentiellement des ajustements nets positifs de 80 millions d’euros enregistrés au T2, imputables à une charge nette de -70 millions d’euros pour l’A400M, à des ajustements de portefeuille de 31 millions d’euros au sein de Defence and Space, ainsi qu’à un impact d’environ 119 millions d’euros imputable à l’écart de paiement avant livraison en dollars et à une réévaluation bilancielle. Les ajustements réalisés au T2 2016 s’élevaient à environ -300 millions d’euros.

De plus, le résultat net du T2 2017 a diminué sous l’effet d’une hausse d’impôts, partiellement compensée par des effets de change favorables.

 

(A la fin de l’exercice 2016, Airbus a appliqué les lignes directrices de l’Autorité européenne des marchés financiers (AEMF) relatives aux Mesures Alternatives de la Performance (Alternative Performance Measures, APM). En conséquence, certains éléments ne sont plus libellés comme « non récurrents », mais comme des « Ajustements ». Airbus ne mesure ni ne communique pas ses performances sur la base de l’« EBIT* », mais de l’« EBIT » (reporté), du fait que la différence entre les deux indicateurs clés de performance, en l’occurrence « les écarts d’acquisition et les éléments exceptionnels », est devenue moins pertinente. Ces changements ne remettent pas fondamentalement en question les prévisions. La terminologie a changé de sorte que l’« EBIT* avant éléments non récurrents » est devenu l’« EBIT ajusté » et le « BPA* avant éléments non récurrents » le « BPA ajusté ». Voir glossaire en page 11 pour les définitions des Mesures Alternatives de la Performance.)

 

Rapprochement EBIT (reporté) / EBIT ajusté

Le tableau ci-dessous rapproche l’EBIT (reporté) et l’EBIT ajusté.

Airbus

S1 2017

EBIT (reporté), en millions

1 791

dont :

 

Charge A400M, en millions

-70

Écart de paiement avant livraison en dollars et réévaluation bilancielle, en millions

174

Cession de Defence Electronics, en millions

560

Autres variations nettes liées au changement de portefeuille et Defence and Space, en millions

28

EBIT ajusté, en millions

1 099

 

Rapprochement EBIT* avant éléments non récurrents du S1 2016 / EBIT ajusté

 

Airbus

S1 2016

EBIT* avant éléments non récurrents, en millions

1 684

Exceptionnels, en millions

-5

EBIT ajusté, en millions

1 679

* Ecarts d’acquisition et éléments exceptionnels

 

Glossaire

 

KPI

DEFINITION

EBIT

L’entreprise continue d’employer le terme EBIT (Résultat opérationnel avant intérêts et impôts, écarts d’acquisition et éléments exceptionnels). Il est identique au Bénéfice avant charges financières et impôts, tel que défini par les Normes IFRS.

Ajustements

Ajustements - une mesure alternative de la performance - est un terme employé par l’entreprise qui inclut les charges ou bénéfices significatifs induits par les variations des provisions pour les programmes ou la restructuration, les effets de change les effets de change ou encore les plus-values/pertes issues des cessions et acquisitions d’activités.

EBIT ajusté

EBIT ajusté - une mesure alternative de la performance et un indicateur clé reflétant la marge opérationnelle sous-jacente excluant les charges ou bénéfices significatifs induits par les variations des provisions pour les programmes ou la restructuration, les effets de change ou encore les plus-values/pertes issues des cessions et acquisitions d’activités.

BPA Ajusté

Le BPA ajusté est une mesure alternative de la performance du bénéfice de base par action tel que reporté, où le résultat net, en tant que numérateur, inclut des Ajustements. Pour le rapprochement, voir la slide 18 de la présentation des Analystes.

Position de trésorerie brute

L’entreprise définit sa position de trésorerie brute consolidée comme la somme de (i) sa trésorerie et équivalents de trésorerie et (ii) de ses titres (le tout comptabilisé dans le bilan consolidé de la position financière).

Position de trésorerie nette

Pour la définition de cette mesure alternative de la performance (position de trésorerie nette), voir le Document d’Enregistrement, MD&A section 2.1.6.

Flux de trésorerie disponible

Pour la définition de cette mesure alternative de la performance (flux de trésorerie disponible), voir le Document d’Enregistrement, MD&A section 2.1.6.1. Il s’agit d’un indicateur clé permettant à l’entreprise de mesurer le montant du flux de trésorerie généré par les opérations, déduction faite des liquidités engagées dans les activités d’investissement.

Flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions

Le flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions désigne le flux de trésorerie disponible tel que défini dans le Document d’Enregistrement, MD&A section 2.1.6.1, ajusté des produits nets issus des cessions et acquisitions d’activités. Cette mesure alternative de la performance est un important indicateur pour mesurer le flux de trésorerie disponible en excluant les flux issus des cessions et acquisitions d’activités.

Flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions et financements-clients

Le Flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions et financements-clients s’entend comme le flux de trésorerie disponible avant fusions et acquisitions, ajusté des flux de trésorerie liés aux activités de financement d’achat d’avions. Il est une mesure alternative de la performance et un indicateur pouvant parfois être employé par l’entreprise dans ses prévisions financières, notamment en cas de forte incertitude concernant les activités de financements-clients, par exemple lorsque les Agences de crédit à l’export suspendent leur soutien.

 

Notes de bas de page :

1)         Les contributions des activités avions commerciaux aux prises de commandes et au carnet de commandes s’entendent sur la base des prix catalogue.

2)         Dont 304 livraisons comptabilisées dans le chiffre d’affaires.

3)         Airbus continue d’employer le terme « résultat net ». Celui-ci est identique au bénéfice pour la période imputable aux propriétaires de la société mère, selon les normes IFRS.

 

Mentions de préservation :

Certaines des déclarations contenues dans le présent communiqué de presse ne correspondent pas à des faits, mais à des prévisions ou à des estimations fondées sur l’opinion des dirigeants. Ces déclarations prévisionnelles reflètent les points de vue et les hypothèses d’Airbus à la date de ce document et supposent certains risques et incertitudes, susceptibles d’induire d’importantes différences entre les résultats, performances ou événements réels et ceux anticipés dans ces déclarations.

Dans le cadre du présent communiqué, les termes « anticiper », « estimer », « prévoir », « pouvoir », « projeter » et autres expressions similaires ne sont employés que pour formuler des prévisions.

Ces informations prévisionnelles reposent sur un certain nombre d’hypothèses, parmi lesquelles : la demande de produits et services d’Airbus, la taille des marchés actuels et futurs desdits produits et services, les performances internes, le financement-clients, les performances des clients, fournisseurs et sous-traitants, les négociations de contrats ou le succès de certaines campagnes de vente en cours. Ces informations prévisionnelles ne sont assorties d’aucune certitude et les résultats et tendances effectifs futurs sont susceptibles de varier de manière significative, en fonction de certains facteurs, parmi lesquels : conditions macroéconomiques, conditions de travail (notamment en Europe, en Amérique du Nord et en Asie) ; risques juridiques, financiers et gouvernementaux inhérents aux transactions internationales ; caractère cyclique de certaines activités d’Airbus ; volatilité du marché de certains produits et services ; risques liés aux performances des produits ; conflits du travail ; facteurs susceptibles de conduire à des perturbations importantes et durables dans le secteur du transport aérien mondial ; résultats des processus politiques et juridiques engagés, et notamment des incertitudes entourant le financement de certains programmes par les États ; consolidation industrielle des concurrents dans le secteur aérospatial ; coût de développement et succès commercial des nouveaux produits ; fluctuation des taux de change et des taux d’intérêt ; fluctuations entre l’euro et le dollar américain et d’autres devises ; litiges en justice et autres risques et incertitudes économiques, politiques et technologiques. Le « Document d’Enregistrement » de la Société daté du 4 avril 2017 contient des informations complémentaires relatives à ces différents facteurs. Pour plus d’informations, voir www.airbus.com

 

 

your contact

Matthieu Duvelleroy

Corporate Media Relations France

Rod Stone

Corporate Media Relations Finance

First A330neo successfully completes maiden flight

en

First A330neo becomes airborne for its maiden flight

en

Airbus and Bombardier Announce C Series Partnership

en fr es
Back to top